mercredi 18 juin 2008

journal

Bonjour ,


Les violences et les irradiations continuent , leurs attitudes témoignent de leurs intentions de profiter au maximum du corps pour leurs expérimentations et de tyranniser avec un plaisir sadique , ils sont plein de haine et de jalousie , ce sont des criminels , je n'ai jamais eu dans ma vie de problème avec qui que ce soit , je ne me connais pas d'ennemi , j'ai un cahier judiciaire vierge , je n'ai aucun litige , je travaillais normalement , j'avais un commerce et j'avais pu à force d'économie acheter l'immeuble , à Paris 75019 , puis un jour j'ai reçu une lettre de la Mairie de Paris qui m'informait de l'expropriation de mon immeuble et du fond de commerce pour cause d'utilité publique avec une indemnité trois fois inférieures au prix du marché , je n'ai pas accepté et la procédure d'expropriation a commencée en 1990 jusqu'en 1996 , j'ai dû faire grève de la faim pour revendiquer mes droits , la R.I.V.P. ( Régie Immobilière de la Ville de Paris ) avait été mandaté par la Mairie de Paris dans cette affaire , le Médiateur de la République avait reconnu que ce n'était pas équitable , et les services des impôts avaient bloqués des sommes indues sur notre indemnité d'expropriation qui avait été déposée à la caisse des dépôts et consignations . Les abus de l'administration ont été nombreux , j'avais décidé de défendre mes droits , l'administration n'avait pas l'air d'apprécier que je me défende moi-même et que le Tribunal administratif me donne raison .
Il y avait eu beaucoup de problèmes pendant cette expropriation et pour couronner le tout après avoir tout fini , (l'indemnité d'expropriation au final avait été correcte et un protocole d'accord avait été fait par la R.I.V.P.) , je recevais 9 mois après ,de la part de la gestion domaine de la Ville de Paris une somme de 159000 Francs à payer alors que cette somme étaient indue , le tribunal là reconnu litigieuse , je n'ai pas payé cette somme mais la procédure a quand même durée trois années . D'après ce que j'ai compris il y aurait eu une plainte de la R.I.V.P. et du Ministre de la Justice de l'époque pour des courriers un peu trop explicite mais avec un langage courant de révolte , ça avait touché la susceptibilité du Ministre de la Justice Monsieur Pierre ARPAILLANGE sans doute , j'avais été convoqué au commissariat de police pour m'expliquer sur ce courrier .

Il y a de forte présomption de croire que tout ce qui nous arrive en ce moment viens soit de la Mairie de Paris , la Gestion Domaine de la Ville de Paris ,de la Préfecture de Paris ( Boulevard Morland )ou de la R.I.V.P.

Je vais aussi , faire grève de la faim pour que l'on me dise se qui se passe et pourquoi on me fait ça , le Service d'hygiène de la Mairie de Saint Maur des Fossés est au courant de ce qui se passe mais elle ne veut rien me dire ainsi que le médecin dont elle m'a recommandée d'aller voir le Docteur ISAL François qui semblait être au courant aussi . Pourquoi ne veut on rien me dire ? que ce passe t'il à mon insu ? , que fait on croire sur moi et pourquoi ces expérimentations ( c'est disproportionné par apport aux différents que j'ai eu pendant l'expropriation avec l'administration ) , j'ai bien le droit de savoir pour me défendre , je pense que quelque chose a était fait pour nous faire passer pour ce que nous ne sommes pas .

Comment je peux me retrouver dans cette situation suite a l'expropriation de mon immeuble et de mon fond de commerce alors que tout allait bien dans ma vie professionnelle et familiale .

Je soupçonne à cause des nombreux problèmes avec la Mairie de Paris , la R.I.V.P., les services fiscaux , la gestion domaine de la Ville de Paris et le Procureur de la République ( le tribunal administratif avait ordonné au Procureur de la République de me donner un document me concernant qu'il refusait de me donner ) , que des manœuvres frauduleuses ou des trafics d'influences ont été faits pour pouvoir faire les expérimentations dont nous sommes victimes depuis mai 2002 avec un système de télécommunication à faisceau de fibres optiques pulsés et ciblés .

Aucun commentaire: