samedi 19 décembre 2009

...utiles à l'étude du systême nerveux : la bande de basse fréquence , entre 0,04 et 0,15 Hz et la bande de haute fréquence , entre 0,15 et 0,4 Hz

A. Introduction à l'électrocardiogramme

(Ref: Richard E. Klabunde, Cardiovascular Physiology Concepts, 1999-2004)

Comme le coeur subit des dépolarisations et des repolarisations, les courants électriques générées ne s'étendent pas seulement à l'intérieur du coeur mais également à travers tout le corps. Cette activité électrique peut être mesurée via des électrodes placées sur la peau. Le tracé enregistré est appelé électrocardiogramme (ECG). Les différentes vagues qui forment l'ECG représentent les séquences de dépolarisation et de repolarisation des oreillettes et des ventricules.
L'onde P, représente l'onde de dépolarisation s'étendant du noeud sinusal à travers les oreillettes, est habituellement de 0.08 à 0.1 seconde.
Le complexe QRS représente la dépolarisation ventriculaire. Ce complexe dure normalement entre 0.06 et 0.1 seconde. Cette durée très courte indique que la dépolarisation ventriculaire apparaît normalement très rapidement. Si la durée du complexe QRS est prolongée (plus d'un dixième de seconde) alors la conduction est altérée à l'intérieur des ventricules.

L'onde T représente la repolarisation ventriculaire et est plus longue en durée que la dépolarisation (la vitesse de conduction de l'onde de repolarisation est plus faible que celle de l'onde de dépolarisation).
Il n'y a pas d'onde visible représentant la repolarisation des oreillettes car elle se produit pendant la dépolarisation ventriculaire. Comme l'onde de repolarisation des oreillettes est relativement faible en amplitude, elle est masquée par le complexe QRS généré par les ventricules.

B. Méthode

Le complexe QRS durant très peu de temps et ayant une amplitude très élevée par rapport au reste du signal, il est très facile de le faire repérer à l'aide d'un programme de recherche automatique.
Ce complexe ne durant que très peu de temps par rapport à un intervalle entre deux pics R, son amplitude ne représente que très peu de valeurs et n'influe donc que faiblement la valeur moyenne et l'écart type. Le sommet du pic R se trouve en dehors de l'écart type et est donc facilement repérable.
On stocke alors dans une mémoire l'indice temporel de chaque pic R pour calculer la durée des intervalles RR successifs et extraire des informations utiles sur un éventuel problème cardiaque, ou de synchronisation avec la respiration.

C. Les applications

Le tracé des intervalles RR peut être étudié d'un point de vue spectral. Deux principales composantes sont utiles à l'étude du système nerveux: la bande de basse fréquence, entre 0.04 et 0.15 Hz, et la bande de haute fréquence, entre 0.15 et 0.4 Hz. L'observation de ces bandes de fréquences permet d'estimer l'activité des deux composantes du système nerveux végétatif ou système nerveux autonome.
Le système nerveux autonome assure l'homéostasie et l'équilibre du milieu intérieur. Il conduit et permet l'adaptation des réactions viscérales par rapport à l'environnement, comme par exemple dans le cas d'une agression. Il se compose de deux branches, les systèmes sympathique, ou orthosympathique, et parasympathique, qui agissent dans des directions opposées.

La bande de basse fréquence correspond à l'activité du système nerveux sympathique, régissant la réponse de fuite ou de lutte (que ce soit une activité physique ou intellectuelle) par dilatation des bronches, accélération de l'activité cardiaque, dilatation des pupilles, augmentation de la sécrétion de la sueur et de la tension artérielle, mais diminution de l'activité digestive. Le système nerveux sympathique est associé aux neurotransmetteurs noradrénaline et adrénaline.

La bande de haute fréquence correspond à l'activité du système nerveux parasympathique, régissant le ralentissement général des fonctions de l'organisme afin de conserver l'énergie. Tout ce qui était augmenté, dilaté ou accéléré par le système nerveux sympathique est diminué, contracté et ralenti. La fonction digestive et l'appétit sexuel sont favorisé par le système nerveux parasympathique. Il est associé au neurotransmetteur acétylcholine. Dans la bande de fréquence au système nerveux parasympathique, la fréquence présentant le maximum de puissance spectrale est liée à la fréquence respiratoire. Si ces deux fréquences ne sont pas synchronisées, on observe alors un problème cardiorespiratoire.

Une troisième bande de fréquence, de 0 à 0.04 Hz, peut également être étudiée. Elle correspond à des processus physiologique comme les mécanismes thermorégulatoire et l'activité des chemorécepteurs périphériques.

Il existe également une méthode basée sur une observation rythmique des battements de cœur. Pour cela, on code la variation de durée des intervalles RR par des nombres: « -1 » quand la durée est réduite, « +1 » quand la durée s'allonge et « 0 » quand la durée ne change pas. Le cas « 0 » est très rare et ne représente normalement que 1% du nombre de variations d'intervalles RR observés. Si plus de « 0 » apparaissent, on peut penser à une pathologie du système nerveux autonome.
Le rythme normal du battement du cœur est de 7 pour 2 cycles respiratoires. En excluant la non-variation (c'est-à-dire une absence de différence entre deux intervalles RR consécutifs) et en recodant en 1 pour l'augmentation et 0 pour la diminution, on trouve un codage du type 1001101 et toutes ses variations: 1100101, 1011001, 0110010, 0011010, 0100110. Quelques légères différences peuvent apparaître pour rattraper une rythmique normale. La variation de l'intervalle RR est nécessaire pour contrôler la concentration en oxygène et en dioxyde de carbone dissous dans le sang. (F. Yasuma and J.-I. Hayano, "Respiratory sinus arrhythmia why does the heartbeat synchronize with respiratory rhythm." Chest Journal, vol. 125, pp. 683-690, 2004.) Lorsque que l'on inspire, les alvéoles pulmonaires se remplissent d'air. Le sang circule plus rapidement afin de ne pas avoir de perte en oxygène puisqu'il se dissout rapidement dans le sang. Par contre, lorsque l'on expire, les alvéoles se vident. Le sang circule plus lentement pour permettre une capture plus efficace de l'oxygène par les globules rouge lors de leurs passages par les poumons. Cela permet d'éviter l'hypoxie, c'est lorsque la quantité d’oxygène délivrée aux tissus est insuffisante par rapport aux besoins cellulaires.

Le rythme cardiaque et la respiration sont parfaitement synchronisés pour obtenir les meilleurs performances en circulation sanguine et distribution d'oxygène dans l'organisme. Cela engendre moins de pertes d'énergies lors de la réalisation d'activités, qu'elles soient physiques ou intellectuelles.

( source : site )

Au paragraphe cinq , il est écris " Deux principales composantes sont utiles à l'étude du système nerveux : la bande de basse fréquence , entre 0,04 et 0,15 Hz , et la bande de fréquence , entre 0,15 et 0,4 Hz ."
Et au paragraphe huit " Une troisième bande de fréquence , de 0 Hz à 0,04 Hz peut également être étudiée ."

Or , c'est justement sur ces trois bandes de fréquences que le radar émet ces impulsions électromagnétiques 24H/24 , entre 0 Hz et 0,5 Hz , les mesures et les analyses graphiques le démontrent .

Ça confirme donc ce que je dénonce depuis très longtemps sur ce blog , à savoir qu'ils font des expérimentations sur le système nerveux .


Aucun commentaire: