Dénonciation d'un crime contre l'humanité

samedi 24 juillet 2010

Radar monopulse - Wikipédia -

Les radars monopulse ressemblent aux radars à balayage conique mais intègrent une sophistication supplémentaire. Au lieu d'émettre le signal tel quel à la sortie de l'antenne, le faisceau est divisé en plusieurs lobes (deux le plus souvent) chacun dirigé dans une direction légèrement différente tout en gardant un certain recouvrement. Ensuite, les signaux réfléchis sont reçus, amplifiés et traités séparément puis comparés les uns aux autres. On détermine ainsi le signal reçu le plus puissant et, partant, la direction de la cible. Étant donné que la comparaison se fait sur des signaux émis pendant le même train, généralement quelques microsecondes, on s'affranchit des changements de position ou de direction de la cible.

Faisceau d'un radar monopulse divisé en deux lobes rotatifs.

Mais pour pouvoir comparer les lobes efficacement, il faut que chacun soit bien repéré. Pour cela, à l'émission, on divise le faisceau généralement en deux et chaque lobe est polarisé de façon différente. Ces lobes sont mis en rotation, comme pour un radar à balayage conique classique. À la réception, les signaux sont à nouveau séparés grâce à la polarisation et un des signaux est inversé en puissance, ensuite les deux sont additionnés. Si la cible est située d'un côté de l'axe optique de l'antenne, la somme résultante sera positive, et de l'autre côté, elle sera négative.

Si les lobes sont suffisamment proches, ce système peut donner un très bon niveau de précision concernant la direction, en plus de la précision normale du système à balayage conique. Là où les radars classiques affichent une erreur de l'ordre de 0,1 degré, les radars monopulse sont dix fois plus pointus, et les modèles les plus sophistiqués comme le AN/FPS-16[3] permettent des précisions de 0,006 degré ; ceci représente une approximation de 10 m pour une portée de 100 km.

La résistance au brouillage est bien meilleure qu'avec les systèmes à balayage conique. On insère des filtres qui suppriment les signaux qui ne sont pas polarisés ou qui ne sont polarisés que dans une seule direction. Un bon système de brouillage devrait donc reproduire à la fois la polarisation et la fréquence de rotation. Comme un avion ne se trouve à un temps t que dans un seul lobe, il est très difficile de déterminer la polarisation du signal. Pour brouiller ces radars, les stations de contre-mesure — plutôt que d'essayer de produire de faux échos — se contentent d'émettre un signal puissant à large spectre pour simplement « aveugler » le radar

La force du signal atteindra son maximum lorsque l'antenne sera exactement pointée dans la direction de la cible ; en maintenant l'antenne dirigée pour un retour maximum on pourra faire une poursuite automatique de la cible.


Il est précisé que le faisceau d'un radar monopulse est divisé en deux lobes rotatifs . A l'émission le faisceau est divisé en deux et chaque lobe est polarisé de façon différente .

Or , l'appareil de mesure détecte continuellement l'émission de deux trains d'ondes électromagnétiques rotatifs , polarisé de façon différente .

C'est donc , vraisemblablement un dispositif de type radar monopulse .

Aucun commentaire: