vendredi 29 octobre 2010

Journal

Le 29/10/2010 , 9 heures 09 . Les agressions au laser sont nombreuses , des pilotes d'avions ont été éblouit avec des tirs de laser . La Dépêche à publier le 15/05/2010

Blagnac. Qui éblouit les pilotes avec des tirs de laser ?

aéronautique

En phase d'atterrissage sur l'aéroport de Toulouse-Blagnac, plusieurs avions sont été la cible de lasers éblouissants./ Photo DDM
En phase d'atterrissage sur l'aéroport de Toulouse-Blagnac, plusieurs avions sont été la cible de lasers éblouissants./ Photo DDM
En phase d'atterrissage sur l'aéroport de Toulouse-Blagnac, plusieurs avions sont été la cible de lasers éblouissants./ Photo DDM
Depuis de nombreux mois, les pilotes de ligne se préparant à atterrir sur les pistes de l'aéroport Toulouse-Blagnac subissent régulièrement des agressions au rayon laser. Nombre d'entre eux ont été éblouis, mais aucun n'aurait été blessé par ces puissantes lumières. Le phénomène inquiète au point que les gendarmes des transports aériens (GTA) ont ouvert une enquête.
« Ce sont des gamins équipés de pointeurs laser qui s'amusent. Mais, ils sont particulièrement difficiles à repérer et donc à arrêter », explique un enquêteur.
Ces appareils ressemblant à de simples stylos sont habituellement utilisés par des professionnels pour mener une conférence ou dans des planétariums. Mais, les lasers manipulés par les pointeurs d'avions affichent une puissance largement supérieure. Non homologués en France, ils sont disponible pour quelques dizaines d'euros sur le Net. Ces appareils font partis de la classe III des lasers (1), et ont une portée dépassant les 8 km. Particulièrement dangereux, ils peuvent brûler une rétine en quelques secondes.
« En plein vol, de nuit alors qu'on entame les procédures d'atterrissage, nous pouvons être momentanément aveuglés par la lueur rouge miroitant sur la fenêtre de notre cockpit. », déplore un pilote d'Air France.
En Midi-Pyrénées, le premier tir aurait été recensé, en 2008, sur un avion de ligne survolant Montauban, dans le Tarn-et-Garonne.
« On nous avait demandé d'enquêter, de voir si une boîte de nuit ou une entreprise disposait de rayon puissant. On n'imaginait pas que cela pouvait provenir d'un stylo pointeur », assure un enquêteur montalbanais.
Depuis le début 2010, les tirs se sont multipliés sur les avions qui amorcent un atterrissage sur l'aéroport de Blagnac. Policiers et gendarmes toulousains ont donc été chargés d'ouvrir l'œil afin de tenter de débusquer les petits malins jouant du pointeur.
Récemment, les services de la sécurité publique de Toulouse ont interpellé, dans le quartier de la Reynerie, un jeune homme qui, de nuit, s'amusait avec un pointeur laser de classe III. Un appareil que son frère lui avait rapporté quelques jours plus tôt d'un voyage en Thaïlande. Il ne pouvait donc pas être un pointeur d'avion.
(1).-Les lasers sont classés en quatre classes et répartis en six familles, en fonction de la puissance et la longueur d'onde d'émission du laser. À partir de la classe III, les rayons peuvent présenter un danger pour la vue et provoquer des brûlures irréparables de la rétine.

« Ils compromettent la sécurité »

Au syndicat national des pilotes Air France ALPA on connaît bien les « tirs » de rayons laser. Régulièrement, à Blagnac, mais aussi dans de très nombreux aéroports de France et du monde entier, des pilotes sont éblouis par des rayons rouges ou verts. Porte-parole du syndicat national des pilotes Air France ALPA, Erick Derivry, pilote lui-même, assure : « Ces tirs de rayons laser ne sont pas des histoires. » Il connaît d'ailleurs bien le problème et les conséquences que de tels agissements peuvent entraîner dans les cabines de pilotage.
L'aéroport de Toulouse-Blagnac est-il le seul où l'on constate des agressions au pointeur laser ?
Sûrement pas ! À l'étranger, comme en Allemagne par exemple, des petits rigolos s'amusent également à éblouir les pilotes. Ils pointent tout simplement les avions qui sont en phase d'approche finale. Les pilotes se préparent à atterrir quand ils reçoivent un rayon rouge ou vert. Dans de très nombreux aéroports, ce « jeu » est devenu à la mode.
Quelles peuvent être les conséquences sur la sécurité ?
Ils compromettent la sécurité des vols. Ces rayons, puissants, sont extrêmement éblouissants, surtout la nuit. La rétine conserve un long moment la trace de ces rayons très fins. Ils modifient l'équilibre du pilote. Je n'ai jamais été victime d'une telle chose, mais de nombreux collègues en ont fait les frais.
Les aéroports ont-ils pris des dispositions pour lutter contre ce phénomène ?
Quand les pilotes préparent leur vol, on leur fournit des informations sur les aéroports de départ et d'arrivée. On y trouve entre autres des avertissements sur ces rayons dans de très nombreux aéroports du monde. De plus, si nous sommes victimes de ces lasers, nous devons le signaler immédiatement aux contrôleurs. Ils doivent alors alerter les forces de l'ordre locales afin de leur permettre d'arrêter les gens qui pointent ainsi les avions. Propos recueillis par F.V.

Les policiers enquêtent au sol et dans les airs

La brigade de la police aéronautique de Midi-Pyrénées suit de très près ces affaires de tirs de laser. Réalisés la nuit, ils perturbent les pilotes lors des phases d'atterrissage. « Quand les avions sont bas, cela peut se révéler très dangereux, déplore un responsable de la brigade. Le pilote peut-être aveuglé et, comme cela s'est déjà produit ailleurs qu'à Blagnac, remettre les gaz et ne pas atterrir. Dans tous les cas, cela crée un stress qui peut remettre en cause la sécurité du vol ».
Ce service de police assure que « plusieurs dizaines de tirs de ce type leur ont déjà été signalées à Toulouse ». En fin d'année dernière, les policiers toulousains, en liaison avec la brigade aéronautique, ont effectué un vol de nuit pour tenter de repérer d'où venaient ces tirs ». Ils ont réussi à déterminer que ce soir-là, ils provenaient du parking d'un supermarché. Bien que rapidement sur les lieux, leurs collègues n'ont rien trouvé.
« Des pilotes qui étaient en train de faire tourner leur avion pour préparer leur approche sur Blagnac, ont eu la désagréable surprise d'être subitement éblouis », poursuit le chef de la brigade aéronautique. Pour l'heure, les investigations se poursuivent pour mettre un terme à ces tirs.

Aucun commentaire: