dimanche 3 novembre 2013

Message de Deborah Dupre

Google Traduction

La détresse des personnes ciblées est finalement plus largement reconnu et validé. Meilleur courage à ceux qui connaissent de première main cette persécution secrète. Espérons que cet article permet à votre famille et vos amis à comprendre et à répondre à vos besoins - y compris la reconnaissance des signes lorsque les voir. Les coupables trouvent qu'il est beaucoup plus facile de cibler lorsque la TI est seul, isolé, sans que les gens autour qui obtiennent vraiment.


24/7 Le cauchemar de personnes ciblées: NSA Whistleblower raconte Parlement européen


Le Parlement européen a récemment eu un aperçu du cauchemar vivant mortelle que des milliers et des milliers de personnes ciblées (TI) expérience quotidienne. Le témoignage d'un haut profil NSA dénonciateur aux législateurs compris ce que signifie vraiment surveillance, bien plus que le gouvernement regarder chaque mouvement et l'écoute de chaque mot de chaque individu.

Accountability Project (AMP) client du gouvernement, NSA dénonciateurs et TI Thomas Drake, 56 ans, a témoigné devant le Comité parlementaire des libertés civiles, justice et affaires intérieures le 30 Septembre 2013. Le Comité a désigné une enquête sur la surveillance de la NSA masse des citoyens de l'UE, selon le PAM.


S'il ya quelqu'un qui sait de première main sur après le 11/9 "surveillance", c'est Thomas Drake. Et s'il ya quelqu'un qui peut témoigner que la surveillance implique beaucoup plus que les médias traditionnels et autres dénonciateurs NSA dire (et donc, la plupart des gens associent naïvement avec elle: "Big Brother regarder"), c'est Drake. Il était là à la création du programme de traitement de surveillance. Il était "un témoin oculaire aux fondements même d'un état de surveillance persistante considérablement élargi dans le plus profond du secret juste après le 11/9," at-il déclaré dans son témoignage.

«J'étais là au début», a déclaré la Louisiane né Drake.

«Mettez toute votre vie dans une boîte, vos documents, vos comptes bancaires, vos mots de passe, tout - et le donner à un étranger - un compatriote américain pour la garde», suggère Drake dans les présentations. «Voulez-vous le faire?"

Il est encore de rencontrer une réponse «oui».



Représailles sévères, de représailles, de vengeance

Dans son témoignage devant le Parlement européen, Drake a expliqué que pour faire respecter la Constitution américaine et de prendre position pour le bien commun, le gouvernement des États-Unis lui ciblée.

Résumant ce que chaque individu ciblé connu cet auteur a écrit ou dit à elle dans des interviews depuis 2005, Drake a déclaré:

"[L] e gouvernement m'a fait une cible ... et moi, à une riposte sévère, de représailles et de vengeance qui a commencé avec moi forcer à quitter mon emploi en tant que fonctionnaire de carrière soumise."

Liste noire, pas de revenu, les frais d'avocat gaspillage, la ruine financière

«J'ai été par la suite sur la liste noire , n'avait plus un flux de revenus, tout en entraînant simultanément les honoraires d'avocat importantes et d'autres coûts énormes, ce qui nécessite une deuxième hypothèque sur ma maison, vider mes comptes bancaires, y compris la retraite et de l'épargne », a expliqué Drake.

"Ce que j'ai vécu comme un dénonciateur envoie le plus effrayant des messages sur ce que le gouvernement peut et va faire quand on parle de vérité et de pouvoir une forme directe de la répression politique et la censure."

Que tous de bonne foi expériences TI auto-identifiés envoie le plus effrayant des messages sur ce que le gouvernement va faire et est en train de faire aux gens qui sont respectueux de la loi ordinaire, les personnes à faible profil.

Alors que Drake est un dénonciateur de grande envergure, des milliers d'autres personnes ont eu leurs noms soumis à la persécution après bien moindre actions.

Même un amant éconduit avec "les bonnes connexions" peut ajouter leur nom de son ex-partenaire innocent au gouvernement la liste de persécution ciblée. Une fois inscrit, ces citoyens respectueux de la loi seront mis à l'index, incapable d'exercer un emploi normal qu'il ou elle est qualifiée pour détenir, être ruiné financièrement, et donc souffrent d'une spirale descendante d'une vie en prison 24/7 invisible - la misère tous TI savent .

Dans cette prison invisible expansion, TI mendier de l'aide. Comme dans toute autre prison SHU États-Unis, («unité d'habitation distincts», mieux connu comme l'isolement), où la torture est appliqué 24/7 et supplications ne sont pas entendus, la TI demeure une à domicile, en communauté, torturé en captivité .

Avec leurs familles et amis incompréhension et le rejet de leurs demandes, les objectifs restent isolés.En confinement isolé, il est facile de poursuivre les violations de ciblage.

À ce jour, il n'existe aucun soutien juridique ou psychologique efficace de tels objectifs "ordinaires" persécutés.

Surveillance physique et électronique

«J'ai été ensuite placé sous intense physique et la surveillance électronique , "Drake expalined dans son témoignage. (Nous soulignons.)

"Intense" est de savoir comment les TI font généralement référence à leur traitement: «24/7».

«Surveillance physique» est ce que la plupart des TI appellent habituellement "gangstalking» et ce que les experts appellent harcèlement "multi-harcèlement": traqué par plusieurs personnes, tous de qui sont généralement inconnu par la cible. (Ce n'est pas sans rappeler chemises brunes nazies.)

«La surveillance électronique" est ce que la plupart des TI généralement rapport, y compris la surveillance informatique; piratage mot de passe répétées, la surveillance téléphonique, téléphone interception d'appels et le suivi à domicile avec cachés audio-caméras. Un petit pourcentage de TI ont des preuves tangibles d'être agressé avec des armes electonic.

Avancée Cointelpro 

Dans son témoignage, Drake raconte sa rencontre avec avancé programme de contre-espionnage d'aujourd'hui,  Cointelpro  (COunterIINTELigencePROgram). Il a été "attaqué par le FBI en 2007 et deux ans et demi plus tard, sous l'administration Obama, accusé au criminel en vertu d'un comptage crime acte d'accusation 10, dont cinq vertu de la Loi sur l'espionnage, face à 35 ans de prison", at-il déclaré.

Le FBI a arrêté son soi-disant Cointelpro, un programme qui avait réussi secrètement ciblées et "neutralisé" sélectionné Américains respectueux de la loi. Le comité du sénateur Frank Church a enquêté et a exposé le programme scandaleux en 1973.

Congrès par la suite condamné et a exigé que le FBI arrêter. COINTELPRO, cependant, a survécu. Il a eu plus de cinquante ans pour affiner sa violence contre des personnes innocentes. (Voir:  Supprimée histoire du FBI COINTELPRO guerre sur «nous les personnes, Dupré, 31 mars 2010 et de la vidéo YouTube retiré de cet article par une personne inconnue,  Cointelpro Documentaire partie 1 ci-dessous.)


En 2011, les défenseurs des droits de l'homme et du citoyen a sonné l'alarme sur l'administration du président Barack Obama  d'intensifier vieilles tactiques COINTELPRO du FBI contre des personnes innocentes:  les agents du FBI gagner une plus grande marge de manœuvre pour traquer, ou espionner les gens dans les nouvelles lignes directrices américaines autorisées agents à «enquêter» sur les gens et organisations "proactive" sans preuves solides de soupçonner des activités criminelles.

Les nouvelles règles du FBI ont permis agents pour infiltrer les organisations, recherche ordures ménagères, utiliser la surveillance des «équipes» (y compris gangstalkers), bases de données de recherche et des tests au détecteur de mensonge de conduite - sans se douter de tout acte répréhensible - en d'autres termes, en ciblant les citoyens américains innocents.

Une fois la cible choisie, il ou elle est "sous surveillance secrète à son domicile, voiture, lieu de travail et ailleurs»,  selon l'homme ciblé, Robert Wood.

Individuels ciblés Austin Corbeau d'Austin au Texas appliquée pour la liberté de documents d'information relatifs à son ciblage. Grâce à ces fichiers, Corneille prouvé que le FBI avait:

  • Plaques d'immatriculation tracés de voitures garées en face de sa maison,
  • Arrivée enregistré et le départ de ses invités,
  • Rassemblements observés auxquelles il a assisté dans les librairies et les cafés,
  • Chenilles ses e-mails,
  • Conversations téléphoniques sur chenilles,
  • Repris par sa poubelle à identifier sa banque et sociétés de prêts hypothécaires,
  • Visité un magasin d'armes où il avait cherché à acheter un fusil pour se défendre,
  • Interrogé sur le Internal Revenue Service pour examiner ses déclarations de revenus,
  • Infiltré des groupes d'activistes avec qui il s'associe. (Voir:  FBI COINTELPRO s'intensifie contre les individus ciblés innocents, Dupré, 14 juin 2011)

Depuis le 11/9 le fonctionnement de George Bush, l'avancée Cointelpro et par la suite, le droits de l'homme abus phénomène individuel ciblée - a explosé, comme Drake a expliqué au Parlement européen:

"Les charges exceptionnelles qui ont été portées contre moi par le Département américain de la Justice sont symptomatiques de la montée en puissance de l'état de sécurité nationale depuis le 11/9 et une attaque directe contre la liberté d'expression, de pensée, d'innovation et d'intimité."

Aujourd'hui Cointelpro "la guerre contre le peuple »est plus secrète, mieux organisés et plus mortelle dans le domaine relativement nouveau FBI - partenariat CIA, la technologie scientifique de pointe d'aujourd'hui et, George Président du Homeland Security Bush le 11/9 et; Président Barrack Obama« ciblée tuer "autorisation .

Drake comprenait une déclaration sur Cointelpro dans son témoignage: «Les paroles de US Eglise sénateur Frank au cours des audiences qu'il a menées sur les abus de pouvoir de la sécurité nationale dans les années 1970 sont dignes de nous rappeler ce qui peut arriver quand un régime de surveillance soutenue par l'État est utilisé comme l'excuse pour assurer notre sécurité au détriment de la liberté et de la liberté:

«Si un dictateur toujours pris en charge dans ce pays, la capacité technologique que la communauté du renseignement a donné le gouvernement pourrait lui permettre d'imposer la tyrannie totale, et il n'y aurait aucun moyen de se défendre parce que l'effort le plus grand soin à se combinent dans la résistance à le gouvernement, peu importe la façon dont cela a été fait en privé, est à la portée de gouvernement de savoir. Telle est la capacité de la technologie. "

Dans son témoignage, Drake a également cité Montesquieu:

"Aucune tyrannie est plus cruelle que celle qui est pratiquée dans l'ombre de la loi et avec les signes extérieurs de la justice: c'est, une noierait le malheureux par la planche même par lequel il espère être sauvé."

Vidéo complète témoignages enregistrés de Thomas Drake au Parlement de l'UE est ci-dessous. Son témoignage complet se trouve sur le site Web du GAP.





Message original

Targeted Individuals’ plight is finally being more widely recognized and validated. Best courage to those knowing first-hand this covert persecution. Hope this article helps your family and friends understand and support your needs - including recognizing the signs when seeing them. The culprits find it far easier to target when the TI is alone, isolated, without people around who really get it.

Targeted Individuals’ 24/7 Nightmare: NSA Whistleblower Tells EU Parliament


The European Parliament recently got a glimpse of the life-threatening living nightmare that thousands upon thousands of targeted individuals (TIs) experience daily. A high-profile NSA whistle blower’s testimony to the lawmakers included what surveillance really means, far more than government watching every move and listening to every word of every individual.

Government Accountability Project (GPA) client, NSA whistleblower and TI Thomas Drake, 56, testified before the European Parliament Committee on Civil Liberties, Justice and Home Affairs on September 30, 2013.  The Committee designated an inquiry into NSA Mass Surveillance of EU Citizens, according to the GPA.

If there’s anyone who knows firsthand about post 9/11 “surveillance,” it’s Thomas Drake. And if there’s anyone who can testify that surveillance involves far more than conventional media and other NSA whistleblowers tell (and thus, most people naively associate with it: “Big Brother watching”), it’s Drake. He was there in the inception of the surveillance abuse program. He was ”an eyewitness to the very foundations of a persistent surveillance state greatly expanded in the deepest of secrecy right after 9/11,” he said in his testimony.

“I was there at the beginning,” Louisiana born Drake said.

“Put your entire life in a box, your documents, bank accounts, your passwords, everything — and give it to a complete stranger — a fellow American for safekeeping,” suggests Drake in presentations. “Would you do it?”

He’s yet to encounter a “yes” response.



Severe retaliation, reprisal, retribution

In his testimony to the EU Parliament, Drake explained that for upholding the U.S. Constitution and taking a stand for the common good, the United States government targeted him.

Summarizing what every targeted individual known to this author has written or said to her in interviews since 2005, Drake said:

“[T]he government made me a target… and subjected me to severe retaliation, reprisal and retribution that started with forcing me out from my job as a career public servant.”

Blacklisted, no income, wasted attorney fees, financial ruin

“I was subsequently blacklisted, no longer had a stream of income, while simultaneously incurring substantial attorney fees and other huge costs, necessitating a second mortgage on my house, emptying of my bank accounts, including retirement and savings,” explained Drake.

“What I experienced as a whistleblower sends the most chilling of messages about what the government can and will do when one speaks truth to and of power—a direct form of political repression and censorship.”

What every bona fide self-identified TI experiences sends the most chilling of messages about what the government will do and is doing to people who are ordinary law abiding, low-profile people.

While Drake is a high-profile whistleblower, thousands of other individuals have had their names submitted for persecution after far lesser actions.

Even a jilted lover with “the right connections” can add their innocent ex-partner’s name to the government targeted persecution list. Once listed, these law-abiding citizens will be blacklisted, unable to hold an ordinary job he or she is qualified to hold, be financially ruined, and thus suffer a downward spiral of a life in 24/7 invisible prison – misery all TIs know.

In that expanding invisible prison, TIs beg for help. Like in any other U.S. prison SHU, (“Segregated Housing Unit,” better known as solitary confinement), where torture is applied 24/7 and pleas for mercy go unheard, the TI remains an in-home, in-community, tortured captive.

With their families and friends misunderstanding and rejecting their claims, targets remains isolated. In isolated confinement, it is easy to continue the targeting abuses.

To date, no effective legal or emotional support exists for such “ordinary” persecuted targets.

Physical and electronic surveillance

“I was subsequently placed under intense physical and electronic surveillance,” Drake expalined in his testimony. (Emphasis added.)

“Intense” is how TIs typically refer to their treatment: ”24/7″.

“Physical surveillance” is what most TIs typically call “gangstalking” and what stalking experts call “multi-stalking”: stalked by multiple persons, all of who are usually unknown by the target. (This is reminiscent of Nazi brownshirts.)

“Electronic surveillance” is what most TIs typically report, including computer surveillance; repeated password hacking; telephone monitoring; telephone call interception; and in-home monitoring with hidden audio-cameras. A small percentage of TIs have hard evidence of being assaulted with electonic weapons.

Advanced Cointelpro 

In his testimony, Drake recounts his encounter with today’s advanced Counter Intelligence Program, Cointelpro (COunterIINTELigencePROgram). He was “raided by the FBI in 2007 and two and half years later under the Obama Administration, criminally charged under a 10 felony count indictment, including five under the Espionage Act, facing 35 years in prison,” he stated.

The FBI supposedly halted its Cointelpro, a program that had successfully covertly targeted and “neutralized” selected law-abiding Americans. Senator Frank Church’s committee investigated and exposed the scandalous program in 1973.

Congress subsequently condemned and demanded that the FBI halt it. Cointelpro, however, lives on. It’s had over fifty years to refine its violence against innocent people. (See: Suppressed history of FBI Cointelpro war on ‘We the people, Dupré, March 31, 2010 and the YouTube video removed from that article by an unknown person, Cointelpro Documentary Part 1 below.)


In 2011, human and civil rights advocates sounded an alarm over President Barack Obama’s administration intensifying FBI’s old Cointelpro tactics against innocent individuals: FBI agents gaining greater leeway to stalk, or spy on people within the U.S. New guidelines allowed agents to “investigate” people and organizations “proactively” without firm evidence for suspecting criminal activity.

The new FBI rules enabled agents to infiltrate organizations, search household trash, use surveillance “teams” (including gangstalkers), search databases, and conduct lie detector tests – with no suspicion of any wrongdoing – in other words, targeting innocent American citizens.

Once a target is chosen, he or she is “under covert surveillance in their residence, car, place of employment and anywhere else,“ according to targeted man, Robert Wood.

Targeted Individual Austin Crow of Austin Texas applied for Freedom Of Information documents related to his targeting. Through those files, Crow proved that the FBI had:

  • Traced license plates of cars parked in front of his home,
  • Recorded arrival and departure of his guests,
  • Observed gatherings that he attended at bookstores and cafes,
  • Tracked his emails,
  • Tracked phone conversations,
  • Picked through his trash to identify his bank and mortgage companies,
  • Visited a gun store where he’d sought to purchase a rifle for self-defense,
  • Asked the Internal Revenue Service to examine his tax returns,
  • Infiltrated activist groups with which he associated. (See: FBI Cointelpro intensifies against innocent Targeted Individuals, Dupré, June 14, 2011)

Since George Bush’s 9/11 operation, the advanced Cointelpro and subsequently, the targeted individual human rights abuse phenomenon – exploded, as Drake explained to the EU Parliament:

“The extraordinary charges that were leveled against me by the US Department of Justice are symptomatic of the rising power of the national security state since 9/11 and a direct assault on freedom of speech, thought, innovation, and privacy.”

Today’s Cointelpro “war on the people” is more covert, better organized and more lethal under the relatively new FBI - CIA partnership; President George Bush’s 9/11 and Homeland Security; President Barrack Obama’s “targeted killing” authorization; and today’s advanced scientific technology.

Drake included a statement about Cointelpro in his testimony: “The words of US Senator Frank Church during the hearings he conducted on the abuses of national security power in the 1970s are worthy of reminding us what can happen when a state sponsored surveillance regime is used as the excuse to keep us safe at the expense of liberty and freedom:

“If a dictator ever took charge in this country, the technological capacity that the intelligence community has given the government could enable it to impose total tyranny, and there would be no way to fight back because the most careful effort to combine together in resistance to the government, no matter how privately it was done, is within the reach of government to know. Such is the capacity of technology.

In his testimony, Drake also quoted Montesquieu:

“No tyranny is more cruel than that which is practiced in the shadow of the law and with the trappings of justice: that is, one would drown the unfortunate by the very plank by which he would hope to be saved.”

Thomas Drake’s full video recorded testimony to the EU Parliament is below. His full testimony is on the GAP website.



Aucun commentaire: