vendredi 12 juin 2015

Le groupe de Bilderberg: opacité, secrets et fantasmes

Extrait

Par Gaëlle Macke

Publié11-06-2015 à 16h35

Mis à jour le 12-06-2015 à 09h44


Chaque année, ce groupe se réunit dans la plus grande confidentialité, réunissant leaders d'entreprise de taille mondiale, figures politiques, et essayistes. Au menu, cette année: le terrorisme, et les grands dossiers du moment, l'Iran, la Grèce...


Objet de bien des fantasmes des adeptes de théories du complot, le très fermé groupe de Bilderberg tient sa réunion annuelle jeudi 11 juin jusqu’à dimanche dans le petit village de Telfs-Buchen, au fond du Tyrol autrichien. Depuis sa création en 1954 par des diplomates européens transatlantistes, ce club (réuni pour la première fois aux Pays-Bas, à l’hôtel Bilderberg), qui invite chaque année des personnalités de haut vol de la politique, des affaires et du savoir à débattre pour "favoriser le dialogue entre l'Europe et l'Amérique du Nord", s’est taillé une réputation sulfureuse. En cause, son obsession du secret, qui le distingue d’autres sommets du gratin mondial tels Davos. Depuis que, dans les années 70, les médias ont découvert l’existence de ces conférences d’une super-élite, dont on ne savait qui étaient les membres ni ce qu’ils faisaient, les spéculations n’ont cessé sur ce cénacle, soupçonné d’être une sorte de directoire occulte de maîtres du monde qui gouvernerait la planète à huis-clos, hors de toute légitimité démocratique.

Un peu de transparence grâce au patron d'Axa

Le groupe de Bilderberg assume cette opacité. Le lieu de la conférence est communiqué au dernier moment, les participants sont consignés dans leur hôtel pendant tout le séjour et ne peuvent être accompagnés de leurs conjoints ou secrétaires. La confidentialité des débats reste absolue et le grand public et les médias sont tenus à distance par l'imposant dispositif de sécurité. Mais depuis que le PDG d’Axa, Henri de Castries, a pris en 2012 la présidence du comité de direction du groupe de Bilderberg, il s’est un peu ouvert… Ainsi, le club dispose maintenant d’un site internet, où sont au moins publiés la liste des invités et des thèmes des discussions.
Pour l’édition 2015, on compte (entre autres), côté business, le PDG de Google Eric Schmidt, celui d’Airbus Thomas Enders, de Ryanair Michael O'Leary, de Fiat, John Elkann, de Lazard Kenneth Jacobs, de Goldman Sachs Robert Zoellick.... Côté politiques, le premier ministre belge Charles Michel, le patron de l’Eurogroupe Jeroen Dijsselbloem, le secrétaire général de l’Otan Jens Stoltenberg. Chez les Français, le maire de Bordeaux Alain Juppé, Laurence Boone, conseillère économique del’Elysée, Benoît Coeuré, de la BCE, le patron de Michelin Jean-Dominique Senard, le chef du renseignement intérieur Patrick Calvar, l’essayiste Nicolas Baverez, la directrice du château de Versailles Catherine Pégard, le directeur du think-tank libéral Institut Montaigne Laurent Bigorgne ou encore l’universitaire Gilles Kepel sont de la partie. L’an dernier Fleur Pellerin, Emmanuel Macron et François Baroin s’y étaient rendus, l’année d’avant, François Fillon et Valérie Pécresse…
( source : challenges )

Aucun commentaire: